La Nationale 2 et son fonctionnement

Pat Villemur vous présente la Nationale 2 sous toutes ses coutures !

Comment est organisée la Nationale 2 et son championnat ?

Le championnat de NM2 est composé de 4 poules de 14 équipes.

Les équipes disputent un championnat (phase 1) en rencontres aller et retour à l’issue desquelles un classement est établi.

Les équipes classées 1ère et 2ème de chaque poule disputent des 1/4 de finale.

Les rencontres des 1/4 de finale sont déterminées par tirage au sort (1er d’une poule contre 2ème d’une autre poule) et se dérouleront au meilleur des trois matchs.

Les équipes vainqueures des 1⁄4 de finales accèdent au championnat NM1 et disputent un final 4 qui permettra d’attribuer le titre de champion de France. 

Les trois dernières équipes de chaque poule sont rétrogradées en NM3 pour la saison suivante.

Comment décrirais-tu le niveau de cette division ?

Le niveau du championnat ne cesse d’augmenter au fil des années. Beaucoup d’équipes n’hésitent pas à afficher leurs ambitions et adoptent un fonctionnement de plus en plus professionnel. De nombreux clubs de NM2 n’ont rien à envier à ceux évoluant à l’étage au-dessus, que ce soit au niveau du staff (sportif, médical…), de la communication et des conditions d’entraînement.

Autant de raisons qui expliquent que de plus en plus de joueurs n’hésitent pas à descendre d’un voire deux niveaux, attirés par des projets sportifs de plus en plus ambitieux. 

Par exemple, un joueur comme Cédric Ferchaud, 18 sélections en équipe de France, évolue depuis plusieurs saisons sous les couleurs de Pornic.

Plus récemment Flo Pietrus n’a pas hésité à rejoindre le projet des Canonniers de Metz. 

Une formation messine qui a frappé fort avec les arrivées de joueurs tels que Romain Dardaine ou Vincent Pourchot.

Et ce ne sont que des exemples parmi tant d’autres.

La plupart de nos nouvelles recrues sont issues de la N2, est-ce un avantage considérable pour le championnat ?

C’est un énorme avantage à commencer par un gain de temps conséquent pour le staff lors de la préparation des futures échéances.

Un joueur comme Eddy va apporter sa parfaite connaissance du championnat et de ses spécificités.

Il va disputer sa 10ème saison à ce niveau, affrontant grand nombre de nos futurs adversaires.

De son côté Luidgy va connaître son sixième club de NM2, et s’est toujours très bien adapté, se forgeant une vraie réputation de scoreur. 

Kevin a réalisé de belles performances avec Gardonne et Shawn King a été monstrueux du côté de Gravenchon.

Et ne surtout pas oublier que Clément Desmonts a déjà arpenté les parquets de NM2 sous les couleurs de Poitiers.

Qu’est-ce qui va changer par rapport à la Nationale 1 ?

Beaucoup de choses vont changer avec en premier lieu moins de matchs à disputer, et moins de droit à l’erreur puisqu’il n’y aura qu’une seule phase et seulement deux clubs qualifiés en playoffs. 

D’un point de vue logistique, les déplacements seront moins longs avec de nombreux derbys à disputer dans des ambiances que l’on a pas forcément connu lors des saisons précédentes.

L’ambiance et l’engouement autour des matchs sont-ils différents ?

La transition est parfaite avec la question précédente. Nous allons effectivement disputer de nombreux matchs dans la région, notamment dans les Landes où l’on connaît la ferveur du public, toujours à fond derrière leur équipe. Un engouement que l’on retrouve aussi dans le Lot et Garonne sans oublier les équipes du grand Ouest, qui attirent de plus en plus de monde avec des ambitions de plus en plus élevées.

Nous aurons également droit à un derby girondin face à Castelnau, promu cette année en NM2. 

L’équipe devra faire preuve de caractère et se préparer à évoluer dans des ambiances surchauffées.

Ce n’est pas un hasard si les salles de Garonne et Castelnau sont surnommées «Le chaudron».

Mais tout joueur de basket adore évoluer dans des salles pleines et nul doute que notre équipe saura se sortir des pièges de la NM2.

Laissez un commentaire